PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Firefox sacrifie la liberté pour la sécurité, lui aussi…

jeudi 12 février 2015 à 17:45
Mozilla a décidé que Firefox bloquera l’installation chez l’utilisateur des extensions tierces qui ne seront pas signées et vérifiées par Mozilla, ceci un contexte de sécurité.

En gros : pour créer et diffuser une extension pour Firefox, il faudra l’approbation préalable de Mozilla.

L’article d’Arthur sur la question est assez complet et reflète bien mon avis également.

Sachant que la vaste majorité des utilisateurs de Firefox, ou même d’un navigateur en général ne sont pas des experts en informatique, il est bien que quelque chose soit fait concernant la sécurité. Comme les programmes, les extensions peuvent contenir des fonctions malveillantes.

Ce qui est moins bien en revanche, c’est que Mozilla va obliger les développeurs à faire vérifier leurs extensions : il ne sera plus possible du tout d’installer une extension non-vérifiée par Mozilla. Ce sera donc Mozilla qui choisiront ce qu’on a le droit d’installer sur nos ordis ou non, et ça c’est tout de suite moins acceptable.

Ce n’est à personne d’autre que moi de savoir ce que j’ai envie d’installer sur mon ordinateur.

Si je tiens tellement à cette liberté d’installer ce que je veux, c’est que c’est mon ordinateur. Est-ce que vous laisseriez le fabriquant de votre frigo vous imposer la marque de ketchup que vous avez le droit d’y mettre ? Non ! Et bien sur l’ordinateur c’est la même chose : je ne laisse pas le fabriquant du logiciel choisir ce que j’ai le droit de faire dedans.

En plus tout ceci pose d’autres problèmes.

Premièrement la sécurité : une extension approuvée qui comporte une faille devra être corrigée. Avant, la correction est disponible et appliquée dans les heures ou les jours qui suivent. Après, il faudra que Mozilla approuve la mise à jour et ça prendre des semaines ou des mois. Tout du temps pendant lequel les installations de Firefox chez les utilisateurs seront vulnérables…

Ensuite, un problème de neutralité : Mozilla impose ses propres règles concernant ce qui sera accepté ou pas, en matière d’extensions. En gros, si la personne en charge de la vérification (ou Mozilla tout entier) d’une extension est corrompue, il y a fort à parier que des extensions malveillantes seront rendues disponibles quand même. À l’inverse, Mozilla pourra très bien interdire l’extension développée par quelqu’un qu’ils n’aiment pas.

Enfin l’inutilité. Il est tout simplement impossible de bloquer toutes les extensions malveillantes : les catalogues d’applications pour iPhone ou pour Android en sont un parfait exemple : ils sont plein de malwares et d’applications intrusives, alors que la raison invoquée aux approbations par Apple ou Google des applications est bien-sûr la sécurité. C’est de la poudre aux yeux.


Sacrifier la liberté pour la sécurité revient à sacrifier la liberté pour rien du tout, car la sécurité absolue n’existe pas. Au final on n’a donc ni l’un ni l’autre. Firefox devrait laisser le choix à l’utilisateur final. Le choix devrait toujours revenir à l’utilisateur final. C’est ça qui fait la force d’un logiciel libre. C’est ça qui a fait la force de Firefox jusqu’à maintenant. C’est le fait, à une époque, que l’utilisateur avait le droit d’installer un autre navigateur sur son ordinateur, que Firefox est aussi populaire.

Si Microsoft avait fait comme Mozilla va le faire, alors Mozilla ne serait même plus là aujourd’hui.

(Dailleurs, Microsoft le fait : pas avec les navigateurs, mais avec le système d’exploitation et Windows, installé par défaut sur les ordinateurs : on voit où en sont les autres systèmes d’exploitations sur PC : ils ne représentent pas 1% du parc informatique mondial).

La coqueluche en hausse de 750% en deux ans, en Wallonie. Merci les abrutis !

lundi 9 février 2015 à 16:53
En Belgique (selon l’article) la coqueluche a progressé de 750% entre 2012 et 2014. Tout ça parce que certains se sont mis dans la tête qu’il fallait mieux avoir 70% de risques de mourir d’une maladie que 0,1% du vaccin contre cette maladie.

Tant que les gens vaccinés restent protégés, j’en ai pas grand chose à foutre : les gens font ce qu’ils veulent, c’est de la sélection naturelle après tout.

C’est juste injuste pour les nourrissons qui meurent, alors que des gens sa propre espèce aurait pu le sauver avec la technologie dont elle dispose.

Malheureusement, la même espèce a également inventé le concept de « responsabilités » qui autorise aux parents complètement cons de décider ce qui est mieux même à la place du plus bienveillant et du plus honnête des médecins et de choisir de laisser crever un bébé.

Bravo.

Actu en vrac

dimanche 8 février 2015 à 12:26
fox news with lego
Il se passe trop de choses pour pouvoir choisir parmi toute la merde politicienne, les astuce pour les réparer ou les vidéos de chats pour oublier, alors voilà toutes les infos en vrac :


Image de Black Zack

Pour redonner un peu de stabilité dans la force…

mercredi 4 février 2015 à 16:23
Je clos toutes les parenthèses qui ont été ouvertes sur l’Internet, sans jamais avoir été fermées :

))))))))))))))))) )))))) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))) ))))))))))))) )))))))))))))) ))))))))))))))))) )))) ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))) )))))))))) ))))))))))) ))))))))))) )))))))))))))))) ))))))))))))) ) ))))) ))))))))))))))))))))))))))) )))))))))))))))) ))))))))))))))))))) )))))))))))))))))))))))) ))))))))))))))))))) ))))))))))))))) ))))))))))) ))))))))))))))) )))))))))))))))))))))))))))) )))))))))))))))) ))))))))))))))))))) ))))))))))))))))))))))))))))))))))))) )))))))))))))))))))))))) )))))))))))))))))))))))))))))))) ) ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))) )))))))))))))))))))))))) ))) )) ) )))))))))))))))))))))))))))))) )))))))))))))) )))))) )))))))) )))))))))))))) ))))))))))))))))).

Voilà.

De rien.

La presse papier ne comprend toujours pas le numérique…

mercredi 28 janvier 2015 à 17:15
photo d’un étallage de journaux papier Humanoïde, un magazine de presse high-tech a décidé de défendre son format papier en déchirant une page dans toutes les éditions de son prochain numéro.

Pourquoi ?

Parce que « Une page déchirée, c'est moche, c'est frustrant ».

Laissez-moi vous dire que vous n’avez rien compris !
Si je vous donne un journal au format numérique PDF dont il manque une partie des octets, ça vous énerverait aussi, non ? Ça serait frustrant aussi, non ? Ben ouais.

En fait, ce n’est pas le format qui compte.

Le papier a d’autres avantages que celui de ne pas être vendu pré-déchiré (archivage, pérennité, pas de batteries, etc.)…

Si la presse numérique payante ne décolle pas bien, c’est juste que les gens se sentent arnaqués avec ce qu’ils trouvent : une liste d’octets, impossible à partager ou à lire ailleurs que sur un iPhone ou qui s’efface au bout de quelques jours ou bien si on passe une frontière ou qu’on désactive le GPS (merci les DRM), au même prix qu’un document papier qui ni ne s’efface ni ne refuse de sortir de votre salon.
Un journal, ça s’annote, ça se griffonne, ça se prête, ça se range, ça se retrouve 15 ans plus tard… Une tablette où sont enregistrés les journaux en version numérique, au bout de 6 mois il en faut une autre, et là on dit adieux à tous les vieux numéros (merci les DRM et les formats restrictifs).
Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les gens ne veulent pas payer pour ça : si du jour au lendemain les journaux papier s’auto-effaceraient après 24h, ou étaient impossible à prêter, refuseraient d’être lus aussi bien chez soi qu’au boulot ou dans le métro, plus personne n’en voudrait non plus. C’est pourtant ce que la majorité des éditeurs numériques font, et pas juste les journaux, mais aussi la musique, les jeux vidéos, les films…
Si les versions numériques sont à chier, c’est juste parce que les éditeurs en ont fait de la merde.

Les offres au formats numérique doivent être mieux que le papier pour fonctionner, pas pires (et surtout pas volontairement pire).
Y a deux solutions à ça : soit un format dégradé mérite un prix dégradé, soit un prix haut doit être justifié par un format et une accessibilité au moins aussi grande que celle du papier.

Vouloir à tout prix ralentir la technologie et continuer d’hiberner au moyen-âge est impossible : le monde avance et les traînards mourront.


Et pour ça :

« la version web […] est volontairement bardée de fausses publicités animées et rapidement épuisantes »

… ça vous étonne, que des gens n’aiment pas vos versions numériques quand vous les bardez vous-même de pub ? Retirez la pub, et vous verrez : ça ne sera pas épuisant.
Encrasser volontairement un format pour dire ensuite « c’est de la merde » ou pour pleurer car « personne n’en veut », c’est totalement idiot comme stratégie.

image de Hindrik